Quelques mutations en Flandre

mutation

La Flandre n’est plus un pays dominé par la doctrine de l’Église mais au contraire par une idéologie nationaliste et néolibérale, véhiculée principalement par la N-VA et partiellement par le CD&V d’origine chrétienne-démocrate. Il s’y passe pourtant dans les mouvements sociaux chrétiens des choses intéressantes.

1. Par rapport à l’euthanasie, les Frères de la Charité (Broeders van Liefde) ont décidé d’autoriser l’euthanasie dans leurs institutions. Cette congrégation, une vraie multinationale qui contrôle un grand nombre d’instituts psychiatriques et d’éducation de par le monde, est une congrégation laïque de droit pontifical. A Rome le supérieur-général René Stockman, très influent dans les milieux catholiques, a poussé le Vatican à investiguer. Raf De Rycke, l’administrateur délégué en Belgique avoue que la congrégation doit, selon le droit canonique, obéissance au Vatican, mais comme les instituts sont des asbl, celui-ci ne peut intervenir dans leur fonctionnement. Il s’agit, comme le précise la congrégation, d’un « tournant éthique qui concerne ceux qui souffrent psychiquement dans une situation non-terminale ». Les Frères ne sont plus d’accord avec les trois règles de la congrégation mondiale : la « dignité protectrice » (traduction approximative du terme néerlandais ‘beschermwaardigheid’), « l’autonomie du patient » et la « sollicitude dans les soins du patient ». La première règle est un absolu : elle considère la vie comme sacrée et inviolable.

2. Le mouvement ouvrier chrétien, qui porte aujourd’hui en Flandre le nom de ‘Beweging’ (‘Mouvement’), vient d’avoir un nouveau président, Peter Wouters. Ce mouvement s’efforçait d’influencer la démocratie-chrétienne en faveur des salarié(e)s, donc en faisant de la politique à travers un parti au gouvernement. Le mouvement a souffert du scandale Arco/Dexia et se tient aujourd’hui, affaibli, à distance de la politique. Il n’aime pas du tout la N-VA et vice-versa. Ses critiques contre un gouvernement impitoyablement libéral ne sont pas appréciées par le CD&V. Il semble que le rôle politique de la MOC flamande sera repris par le syndicat ACV et la Mutuelle chrétienne.

3. Monsieur Rik Torfs, professeur d’histoire de droit canonique, ancien parlementaire et recteur de l’université de Leuven, a décidé de quitter le journal De Standaard dans lequel il publiait depuis 2003 une chronique hebdomadaire. Il ne se reconnaît plus dans ce journal, d’origine flamande et catholique, mais qui aujourd’hui s’oppose non pas seulement au Vlaams Belang mais également à la N-VA, et qui a ouvert ses colonnes à l’historien de gauche Marc Reynebeau connu comme un ennemi du nationalisme flamand. Torfs invoque une raison « éthique » pour son départ. Un exemple : le journal est adepte de la « transparence », il veut à tout prix démasquer les mensonges, pour Torfs « seul, selon ce journal, les faits et les experts sont capables d’expliquer ce qui se passe et ainsi de nous protéger contre le mensonge et le populisme ». Il réduit « le criminel à n’être qu’un criminel » Ce qui fait que la transparence mène à « un moralisme extrémiste. » Lui, Torfs, croit dans la miséricorde et le pardon (sous-entendu c’est moi le vrai chrétien). « Plus stricte la morale, plus grande l’hypocrisie. »

4. À quoi sert le Mouvement flamand aujourd’hui ? Bonne question, que plusieurs essayistes se posent. Sur le plan culturel ce mouvement a gagné sur tous les terrains. Sur le plan nationaliste le seul but reste l’indépendance, car « la Flandre n’est pas achevée » selon Frank Seberechts. Mais même la N-VA hésite à exiger cette solution (qui n’en est pas une) et propose un « confédéralisme », ou bien pour cacher désir d’une Flandre indépendante, ou bien pour conserver la Belgique mais avec une Wallonie assujettie. Contre ces idées s’oppose le livre de Hans Vandevoorde, Hoe Vlaming te zijn ? (Comment être Flamand ?) et les critiques de Jozef Deleu, le fondateur de la Maison Culturelle Flandre/Pays-Bas et ancien rédacteur en chef de Ons Erfdeel, dont la publication en Français porte le titre Septentrion. Selon lui le Mouvement flamand est devenu un mouvement de fric. J’y reviendrai plus amplement une autre fois.

mutation du lion flamand par Little Shiva

Print Friendly, PDF & Email