Patatras Calatrava

vitrage-vitre-cassee-actionplus

Vous vous rendez compte ? Cette fameuse gare si capitale à Mons 2015, c’est une fausse couche ! L’érection de cette belle queue (de dragon !) dressée vers le futur, est reportée à une date ultérieure, en 2018. Son génial géniteur sera à la pension depuis trois ans… Les travaux ne seront donc pas finis à temps pour recevoir les millions de touristes japonais, bruxellois, congolais, piétrebaisiens et pandalandais attendus en 2015. Du coup (si on peut dire), le coût de la mise au monde de la dragon-station sera revu à la hausse. Déjà en 2010 et 2012, le prix initial (2007) de 37 millions d’euros avait été revu sérieusement à la hausse. Eurogare[1] annonçait alors 150 millions[2]. Et aujourd’hui le SPF Mobilité et Transports parle de 272 millions d’euros, sept fois plus que le montant initial! A titre de comparaison, en novembre 2011 une nouvelle gare a été ouverte à Rome, qui a coûté 170 millions d’euros (elle accueille quotidiennement 140.000 passagers là où Mons -la quinzième en Belgique et la cinquième en Wallonie- en accueille chaque jour ouvrable de l’ordre de 20 000[3].

Mais qui cala ces travaux-là ?

Selon les responsables du projet mammouth, ces dépassements seraient dus aux retards provoqués par les recours déposés par les opposants sur différents thèmes (destruction de l’ancienne gare, sauvegarde de la tour St-Georges). Pourtant la première estimation déjà revue à la hausse (environ 155 millions d’euros) date de début 2010[4] soit bien avant les premiers recours. De plus il est quand même prévisible que des citoyens, des institutions, des associations exercent leur droit démocratique en recourant à la justice. Et l’expérience précédente à Liège, elle aussi gratifiée d’un jolie gare « Calatrava » (36.000 passagers par jour) qui a coûté 312 millions d’euros (et même +/- 437 millions, si on y ajoute les modifications des infrastructures ferroviaires que sa construction a entraînées) au lieu des 3,9 milliards de francs (quelque 100 millions d’euros) prévus en 2002, aurait pu nous éclairer…

« Gouverner, c’est prévoir », nos responsables ne semblent pas avoir fait leur la formule d’Émile de Girardin ! A moins que cette « inflation » n’ait été voulue dès le départ, comme dans beaucoup de chantiers publics, afin de faciliter les décisions au point de départ et ensuite trouver tous les bons prétextes pour justifier les dépassements ?

—fRED



[1] http://www.eurogare.be

[2] http://www.rtbf.be/info/regions/detail_la-future-gare-de-mons-coutera-plus-cher-que-prevu?id=7865208

[3] http://www.eurogare.be/fr/gare-de-mons.html?IDC=68

[4] http://www.levif.be/info/actualite/belgique/la-gare-calatrava-a-mons-un-projet-conteste-et-suspect/article-1194718022249.htm

Print Friendly, PDF & Email